Le paradoxe du poisson rouge, une voie chinoise pour réussir

« Le paradoxe du poisson rouge, une voie chinoise pour réussir » aux éditions Saint-Simon, est le dernier ouvrage d’Hesna Cailliau, experte Apm, qui intervient notamment sur Le monde contemporain à travers la clé des religions et des cultures.

Dans son livre, Hesna nous ouvre à la culture et la sagesse chinoise à travers les 8 vertus du poisson rouge.  « La culture populaire prête en effet à l’animal huit vertus, toutes inspirées de la sagesse chinoise : ne se fixer à aucun port, ne viser aucun but, vivre dans l’instant présent, ignorer la ligne droite, se mouvoir avec aisance dans l’incertitude, vivre en réseau, rester calme et serein, remonter à la source. Autant d’aptitudes qui offrent à la carpe une totale symbiose avec son environnement, toujours aux aguets pour saisir l’opportunité qui se présente. Dans un monde désormais multipolaire et interdépendant, l’heure est venue d’échanger non seulement nos marchandises mais aussi nos sagesses. Il y a chez les Chinois des idées et des façons de faire dont nous gagnerions à nous inspirer à la fois pour notre développement personnel et notre pratique en affaires. Il ne s’agit pas de devenir chinois mais de réveiller le Chinois qui sommeille en nous. »

Ne se fixer à aucun port : focus sur la 1ère vertu

« Etre sans idée préconçue pour rester ouvert à tous les possibles » – Confucius
Le pire défaut est de vouloir avoir raison car alors on s’enferme dans son raisonnement et on devient sourd aux idées nouvelles et aveugles aux signaux faibles.
L’idée est de ne pas s’attacher à des modèles préconçus, car la vie se transforme constamment. Le danger pour les Chinois : « vouloir avoir raison », car on s’enferme et on devient sourd et aveugle à son environnement.
Les carpes ont de grands yeux pour mieux observer. On retrouve ici une opposition forte entre les deux modes de pensées occidentaux et asiatiques : pour nous il est important de bien penser, pour eux il est important de bien observer. À travers la parabole du poisson rouge, on voit un éloge du silence et de l’ombre. L’ombre n’a pas la connotation négative que l’on peut trouver chez nous »

Une vertu qui fait également écho aux rencontres vécues notamment avec Patrice Georget (Préjugés, stéréotypes et stigmatisation : quels impacts sur nos jugements et décisions ?), Eric Julien (Voyage en pays kogi), ou encore Farid-Georges Ben Malek (Jeu de go et management stratégique).

 

29559836_s

Partager cet article