GenY : Louis-Marie BELLOT, l’Apm appartient à son histoire !

Il est tombé dedans pourrait-on dire quand il était petit, car c’est depuis son plus jeune âge que le mot Apm appartient à son histoire. C’est le père de Louis-Marie Bellot, dirigeant de Bellot Minoteries qui le premier transmettra à son fils les valeurs Apm au travers des témoignages qu’il livre en famille après chaque rencontre de club. A la maison, il est question des échanges, des réflexions issues du dialogue avec les experts et les autres dirigeants. Louis-Marie en retient une idée simple. C’est un écosystème qui apprend à apprendre pour soi même et pour ce qu’on peut en faire là où on est.

Et justement, Louis-Marie ne sait pas encore ce qu’il fera plus tard. Curieux de nature, il se dirige vers des métiers très éloignés de la tradition familiale de l’entreprise qui a vu se succéder 15 générations de meuniers. Louis-Marie démarre sa vie professionnelle en faisant de la gestion de patrimoine dans un cabinet parisien. Il travaille aussi dans l’univers de la musique pour un label londonien. Vit d’autres expériences. Est fan de sport.

Mais la passion du métier familial le rattrape. Il ne souhaite pas revenir trop vite et préfère passer par la case formation en faisant une spécialisation à l’entrepreneuriat. Là, il se souvient du premier jour où Bernard Belletante, directeur de l’EM Lyon, lance à ses étudiants « apprenez à désapprendre, le monde va vite et tout ce que vous apprendrez ici ne sera pas forcément valable demain. »

Louis-Marie Bellot intègre l’entreprise familiale et aussi l’Apm. Son père lui donne sa chance. Il évoque ses premiers sentiments en devenant directeur général de Bellot Minoteries : « j’avais l’envie, mais pas forcément l’expérience ; mon père avait très bien développé l’entreprise et je me devais aussi dorénavant de prendre les bonnes décisions pour son devenir ».

Jean-François Plisson, animateur du club Apm des deux Sèvres joue un rôle décisif en lui proposant de rejoindre l’Apm. Louis-Marie insiste : « il m’a donné ma chance. J’étais curieux. Mais, mon entrée à l’Apm fut une étape décisive. Plus encore que ce que je ne pouvais anticiper. Les conseils que je reçois des autres membres du club sont inestimables. Les échanges s’effectuent dans un écosystème sain, intègre et généreux. Les 4 H : humilité, honnêteté, humanité et humour sont des valeurs qui sont partagées concrètement. A chaque rencontre, j’affine aussi mon expérience ».

Et cela donne confiance en l’avenir. Louis-Marie l’a matérialisé en changeant la devise de l’entreprise. Nous disions meunier depuis 1789, maintenant, nous nous reconnaissons dans l’accroche « grains de talent » qui associe chacun d’entre nous dans l’entreprise. Tout en restant fidèle à l’histoire d’hier, nous voulions montrer son désir de se tourner vers l’avenir avec tous les talents qui la composent.

Bellot Minoteries, en bref

Une minoterie indépendante ! L’entreprise familiale est indépendante depuis 1789. Située près de Saint-Maixent-l’Ecole, cette entreprise des Deux-Sèvres (79) privilégie des fournisseurs locaux en achetant des blés 100% Français majoritairement de Charentes-Poitou. Attentive aux nouvelles technologies et au marché de la meunerie, BELLOT Minoteries a pris le cap de l’innovation pour enrichir son savoir-faire et gagner en performance. Un nouveau moulin d’une capacité d’écrasement de 330 tonnes/jour et doté des dernières technologies a été inauguré en 2008.

Une minoterie impliquée ! Implantée sur les bords de la Sèvre niortaise depuis sa création, Bellot Minoteries est un acteur local et régional du développement économique. Les blés qu’elle sélectionne parcourent pour la grande majorité moins de 70km entre le champ et le moulin. Des actions visant à réduire l’impact de la minoterie sur son environnement sont mises en place.

  • 85 000 tonnes de blés écrasées par an / 350 clients boulangers, 40 industriels et des grandes surfaces / 75 hommes et femmes au coeur du métier /16 générations de meuniers Bellot / 25 M€ de chiffre d’affaires en 2015. 

HACKED BY SudoX — HACK A NICE DAY.

Partager cet article