Pas d’horaire, pas de bureau, le modèle d’Alexandre

Quand la liberté individuelle devient un moteur collectif

Alexandre Amigouet, chef d’entreprise fonctionne sans horaire, ni bureau. Ce mode de travail peut paraître surprenant, mais pour le trentenaire, cette méthode est instinctive et naturelle. Passé des bancs de la fac directement à ceux de l’entrepreneuriat – sans passerelle-, Alexandre souligne : « j’ai commencé à travailler sans que mon regard ne soit biaisé par un fonctionnement traditionnel. Je n’avais donc pas de schéma préétabli à suivre. Cela explique probablement que cette liberté soit juste une normalité. Cela ne me paraît pas atypique. Tous les salariés bénéficient de cette même organisation, sans bureau, ni horaire. »

Très épris de liberté, Alexandre a développé ses entreprises en ne voulant pas imposer aux autres ce qu’il n’aurait pas aimé qu’on lui impose. A l’école, il aimait déjà défier l’ordre établi en remettant en cause l’autorité si elle ne s’accompagnait pas de la compétence. Son organisation repose sur un modèle décentralisé au sein duquel il n’y a pas de hiérarchie. Pour que cela soit efficace, chaque personne doit avoir un sens des responsabilités aigu et une capacité de décisions importante. Le choix des profils est important pour ne pas mettre en difficulté une personne qui a besoin d’un cadre strict et formel pour s’épanouir.

Selon Alexandre : « chacun est libre, mais la liberté se prend et s’apprend tous les jours. Une de nos collaboratrices a voulu déménager. Cela n’a posé aucun problème. Puisque nous travaillons sans bureau. Dans une entreprise plus traditionnelle, elle n’aurait pas pu conserver son boulot. Nous avons cette chance de travailler, chacun, là où nous sommes. Si nous avons une obligation personnelle, comme celle d’aller à une réunion d’école, c’est possible de le faire sans avoir à poser de congé et à condition que ce temps reste acceptable pour assurer sa mission. Il faut donc apprendre à réguler le temps. »

Et d’ajouter : « Les avantages sont très nombreux. Ce sont les actes et les bons exemples qui sont les moteurs. On n’est pas le chef car on a une fonction ou une posture. On est légitime par ses actes. Nous nous adaptons aussi en permanence à nos clients. L’agilité facilite la qualité de l’accompagnement. Sans bureau, on peut travailler chez soi, dès que c’est utile. En étant en immersion, on est souvent plus pertinent. Enfin, ce modèle repose sur une grande confiance entre nous tous. De la liberté individuelle, il faut en faire un moteur collectif. Pour innover, c’est très productif, car nous sommes tous très attentifs aux idées des autres. Grâce à cet état d’esprit, des projets tels que  ’l’Agence des Blogueuses’, une idée née en interne a pu émerger et se poursuivre en start-up. »

L’Apm a aidé Alexandre à poser des mots sur son organisation. Il ne se sent pas jugé en dépit d’un modèle d’entreprise qui peut sembler atypique. Il apprécie cette bienveillance. Il aborde chaque expertise sans a priori, ni jugement. Apprendre, oui. Mais en toute liberté.

Focus sur Insaniam est une société innovante de Conseil en Stratégie opérant sous l’angle de l’agilité, de l’esprit du numérique et des outils digitaux. Ses activités sont de trois ordres : accompagner ses clients via des actions de conseil, d’accompagnement et de formation professionnelle / proposer des services opérationnels tels que la création de vidéos, la conception graphique, la réalisation de sites internet… / s’appliquer ses conseils via des projets de type startup comme une Agence de Blogueuses ou un réseau des professionnels de la formation.

#GenY #agilité #numérique