Apm : « Prendre du plaisir à partager des idées »

portrait 3 co-fondateurs IZIPIZI

Ses premiers pas à l’Apm, Charles Brun les raconte en toute humilité. Découvrir l’écosystème du club, écouter, apprendre de l’expert, de ses pairs. Et prendre du plaisir à partager des idées. De ses débuts à l’Apm, Charles Brun garde le souvenir d’avoir été quelque fois un peu intimidé par les dirigeants membres du club qui l’entouraient. Un peu impressionné, Charles prend la parole avec parcimonie, se pose en observateur. « Ils avaient tous de belles histoires d’entreprises et moi je débutais. Tout était en devenir. Je me sentais presque illégitime au milieu de ces entrepreneurs confirmés. » Au-delà de ses premières expériences en club Apm, Charles reprend très vite de l’assurance. S’implique, apprend de l’expérience des experts et des chefs d’entreprises et transmet aussi son propre vécu.

Certes, du haut de ses 29 ans, Charles a un parcours d’entrepreneur singulier. A l’opposé des étudiants qui se tournent vers l’entreprise pour trouver vite « leur premier job » en tant que salarié, Charles veut créer une entreprise.

Ce projet est d’autant plus original qu’il n’est pas un projet solitaire, mais collectif, une promesse prise entre copains de travailler ensemble. Charles Brun précise : « l’amitié est venue avant l’idée du choix du projet d’entreprise. »

A l’issue de leurs études, Charles Brun, Xavier Aguera et Quentin Couturier tiennent parole. Ne postulent à aucun job.

Ils se lancent dans une aventure commune. Sans filet. Au début, pas de projet, pas d’idées préconçues. La page est plutôt blanche. Ensemble, les trois « potes » réfléchissent. C’est de Quentin que viendra le déclic. Observateur, il voit souvent ses parents chercher leurs lunettes et il les entend souvent dire, « prête moi tes yeux pour lire »  ou « j’ai encore perdu mes lunettes ».

Tout part de là  !

Et pourquoi pas vendre une lunette sur socle ? Ainsi, naît la lunette loupe sur socle inspirée du stylo que nous utilisons à la Poste ou à la banque pour remplir des formulaires. La marque See Concept voit le jour. Se markete. Se décline. Devient branchée. D’abord proposées à leurs clients par certaines banques, ces lunettes déboulent dans l’univers du particulier. Lunettes sur magnet de frigidaire. Lunettes sur socle de bureau. Lunettes de soleil. Lunettes pour ordinateur. Lunettes pour enfants. Ouf !  On ne perd plus « ses yeux ». On ne tâtonne plus. La philosophie de l’entreprise est simple « rendre le beau accessible au plus grand nombre ». Même vendue dans des boutiques hype, le prix reste abordable. C’est l’esprit See Concept.

Charles complète et approfondit avec l’Apm un état d’esprit en « germe ». Ce temps en club est un moment de « prise de recul ».

L’entreprise grandit. Se développe. Se structure. Autour d’une identité et des valeurs. L’embauche de plusieurs collaborateurs posent la question du management, des rapports hiérarchiques…

Une forme d’apprentissage non conventionnelle

A l’Apm, au fil des rencontres du club, Charles partage son expérience avec les autres chefs d’entreprise. Et construit au fil du temps son approche managériale et sa stratégie de développement. « Nous partageons la stratégie, et nous sommes clairs sur les moyens que nous mettons en œuvre. L’information circule bien entre nous tous. Cela donne des rapports confiants. La bienveillance que l’on trouve à l’Apm permet une forme d’apprentissage non conventionnelle. »

Au delà du management, les trois amis veulent des collaborateurs heureux. La bienveillance est la colonne vertébrale de la culture de l’entreprise. « Finalement See concept est très valeurs Apm. L’Apm rassure dans sa propre démarche.» Et l’entreprise accélère. La marque casse les codes de la lunette traditionnelle. Fashion et colorée, la ligne s’élargit… Le produit reste simple, mais fun, des couleurs étonnantes, des verres miroirs… Audacieuse, l’entreprise vient d’ouvrir sa première boutique au Carrousel du Louvre. Et fait le tour du monde, Londres, le mythique Moma à New York, Tokyo. Chics et à prix abordables.

A ce jour, les trois amis voient l’avenir en clair ! En tout amitié.

En septembre, l’entreprise fête ses 6 bougies avec le magasin MERCI…

Dates clefs

  • 2010 création de See Concept
  • 3 500 points de vente à travers le monde
  • 80% du CA réalisé à l’export (40 pays)

septembre 25th, 2016

Posted In: Actualité

Leave a Comment

Apm : « un écosystème qui apprend à apprendre »

portrait de Louis-Marie Bellot- adiminstrateur apm

Il est tombé dedans pourrait-on dire quand il était petit, car c’est depuis son plus jeune âge que le mot Apm appartient à son histoire. C’est le père de Louis-Marie Bellot, dirigeant de Bellot Minoteries qui le premier transmettra à son fils les valeurs Apm au travers des témoignages qu’il livre en famille après chaque rencontre de club. A la maison, il est question des échanges, des réflexions issues du dialogue avec les experts et les autres dirigeants. Louis-Marie en retient une idée simple. C’est un écosystème qui apprend à apprendre pour soi même et pour ce qu’on peut en faire là où on est.

Et justement, Louis-Marie ne sait pas encore ce qu’il fera plus tard. Curieux de nature, il se dirige vers des métiers très éloignés de la tradition familiale de l’entreprise qui a vu se succéder 15 générations de meuniers. Louis-Marie démarre sa vie professionnelle en faisant de la gestion de patrimoine dans un cabinet parisien. Il travaille aussi dans l’univers de la musique pour un label londonien. Vit d’autres expériences. Est fan de sport.

Mais la passion du métier familial le rattrape. Il ne souhaite pas revenir trop vite et préfère passer par la case formation en faisant une spécialisation à l’entrepreneuriat. Là, il se souvient du premier jour où Bernard BELLETANTE directeur de l’EM Lyon lance à ses étudiants « apprenez à désapprendre, le monde va vite et tout ce que vous apprendrez ici ne sera pas forcément valable demain. »

Louis-Marie Bellot intègre l’entreprise familiale et aussi l’Apm. Son père lui donne sa chance. Il évoque ses premiers sentiments en devenant directeur général de Bellot Minoteries : « j’avais l’envie, mais pas forcément l’expérience ; mon père avait très bien développé l’entreprise et je me devais aussi dorénavant de prendre les bonnes décisions pour son devenir ».

Jean-François Plisson, animateur du club Apm des deux Sèvres joue un rôle décisif en lui proposant de rejoindre l’Apm. Louis-Marie insiste : « il m’a donné ma chance. J’étais curieux. Mais, mon entrée à l’Apm fut une étape décisive. Plus encore que ce que je ne pouvais anticiper. Les conseils que je reçois des autres membres du club sont inestimables. Les échanges s’effectuent dans un écosystème sain, intègre et généreux. Les 4 H : humilité, honnêteté, humanité et humour sont des valeurs qui sont partagées concrètement. A chaque rencontre, j’affine aussi mon expérience ».

Et cela donne confiance en l’avenir. Louis-Marie l’a matérialisé en changeant la devise de l’entreprise. Nous disions meunier depuis 1789, maintenant, nous nous reconnaissons dans l’accroche « grains de talent » qui associe chacun d’entre nous dans l’entreprise. Tout en restant fidèle à l’histoire d’hier, nous voulions montrer son désir de se tourner vers l’avenir avec tous les talents qui la composent.

Focus entreprise 

Une minoterie indépendante ! Bellot Minoteries est une entreprise familiale et indépendante depuis 1789. Située près de Saint-Maixent-l’Ecole, cette entreprise des Deux-Sèvres (79) privilégie des fournisseurs locaux en achetant des blés 100% Français majoritairement de Charentes-Poitou.

Une minoterie innovante ! Attentive aux nouvelles technologies et au marché de la meunerie, BELLOT Minoteries a pris le cap de l’innovation pour enrichir son savoir-faire et gagner en performance. Un nouveau moulin d’une capacité d’écrasement de 330 Tonnes/jour et doté des dernières technologies a été inauguré en 2008.

Une minoterie impliquée !   Implantée sur les bords de la Sèvre niortaise depuis sa création, Bellot Minoteries est un acteur local et régional du développement économique. Les blés qu’elle sélectionne parcourent pour la grande majorité moins de 70km entre le champ et le moulin. Des actions visant à réduire l’impact de la minoterie sur son environnement sont mises en place.

Chiffres clefs

  • Tonnage : 500 tonnes/jour (330+170 car 2 moulins) soit 85 000 tonnes de blés écrasées par an
  • 350 clients boulangers, 40 industriels, et plusieurs grandes surfaces (Carrefour, Leclerc…)
  • 75 hommes et femmes au coeur du métier
  • 16 générations de meuniers Bellot
  • CA : 25 millions d’€ en 2015 / 27 en 2016

 

septembre 25th, 2016

Posted In: Actualité

Leave a Comment





Où nous trouver ?

Metro : Sentier ou Bourse(L3) ou Grands Boulevards (L8 ou 9) (5 mn à pied)
RER A,B,D : Châtelet – Les Halles (12 mn à pied)

La Maison de l’Apm
120 – 122, rue Réaumur
75002 Paris

+33 (0)1 53 00 13 50